Utiliser la visualisation comme les athlètes olympiques

Utiliser la visualisation comme les athlètes olympiques

Objectifs et processus : utiliser la visualisation comme les athlètes olympiques

Il y a quelques mois, j’étais dans une formation professionnelle où le conférencier a demandé aux participants de visualiser où ils se voyaient dans 5 ans. C’est une question qui est fréquemment posée en entrevue d’embauche et qui est effectivement pertinente afin d’établir les objectifs à court, moyen et long terme.

Toutefois, par la suite, il a poursuivi en disant que la vision de ce que l’on voyait dans cinq ans était ce que l’on devait visualiser, un peu comme les athlètes olympiques. Hum… Je n’ai rien dit, mais j’ai un scoop pour vous, NON, ce n’est pas de cette façon que les athlètes utilisent la visualisation. Visualiser le résultat, c’est ce que proposait le livre The Secret, un livre à propos duquel beaucoup de spécialistes et de préparateurs mentaux sont en désaccord avec les principes de base.

 

Se fixer des objectifs

Je crois à l’importance de se fixer des objectifs, cela nous donne un but à atteindre et une base pour évaluer le résultat. C’est également un facteur de motivation. En effet, il est essentiel d’avoir des objectifs à court, moyen et long terme pour nous aider à faire de bons choix, à guider nos actions, bref, nous donner une certaine direction. Certaines de nos actions ne s’inscrivent pas nécessairement dans le chemin menant à la réalisation de notre principal objectif, mais si un moment survient où la plupart de nos actions ou projets ne sont pas en lien avec nos objectifs, c’est probablement que nous devons réviser ces derniers. Peut-être que les objectifs que nous avions déterminés ne nous tiennent plus suffisamment à cœur pour nous motiver à faire le processus menant à leur réalisation?

Donc, s’il est important de se donner des objectifs, pour ma part, ce ne sont pas eux qui sont l’objet de ma visualisation. Dans le cas de la performance sportive, l’objectif est souvent très clair : gagner la médaille, se qualifier, faire un certain temps, faire le plus de points, etc. Si l’objectif peut nous motiver, visualiser qu’il se réalise ne nous aidera pas à le concrétiser. Dans la vie professionnelle, les objectifs sont souvent plus difficiles à déterminer, mais ils ont les mêmes fonctions. Tout comme dans le sport, visualiser le résultat souhaité, une fois l’objectif établi, n’est pas ce qui nous aidera à être plus performants.

 

Visualiser le processus

Le conférencier avait raison en affirmant qu’il peut être bénéfique de s’inspirer de ce que font les athlètes. Par contre, contrairement à ce qu’il affirmait, les athlètes ne visualisent pas le résultat, mais bien le processus. La nuance est importante. Les athlètes visualisent la performance, les gestes à poser, les sensations qu’ils souhaitent ressentir et les obstacles qu’ils pourraient avoir à surmonter. Ils se voient effectuer les mouvements à la perfection, mais ils ne se visualisent pas avec la médaille autour du cou.

Dans le sport, il est plus facile de comprendre l’effet négatif sur la concentration que peut avoir le fait de s’imaginer sur le podium alors que l’on performe. Mais est-ce que visualiser le résultat pourrait avoir des conséquences fâcheuses dans la vie professionnelle et personnelle?  Selon une recherche de la psychologue Gabriele Oettingen publiée dans le Journal of Experimental Social Psychology, la visualisation pourrait rendre les gens moins aptes à poursuivre et réaliser leurs objectifs. Selon les chercheurs, les fantasmes à propos d’un futur idéalisé réduisent l’énergie qui sera investie pour rendre cet idéal réalité. Donc, oui, visualiser le résultat pourrait avoir un impact négatif. N’étant pas spécialiste, je dirais simplement que de se concentrer trop sur le résultat souhaité n’est tout simplement pas la meilleure façon d’utiliser l’outil qu’est la visualisation.

Je crois que les objectifs sont importants, mais le processus l’est tout autant. Dans le sport comme dans la vie, j’aime bien écrire, ou au moins penser, à des objectifs, à différentes étapes. Toutefois, pour bien performer dans le sport comme dans la vie professionnelle, il vaut mieux mettre son énergie, physique et mentale, sur le processus. Penser à ce que l’on doit faire pour atteindre notre objectif, réaliser notre vision. Après tout, il n’y a pas de secret pour réaliser un rêve, il faut du travail, des actions concrètes.

Nos rêves ne se réalisent pas, c’est nous qui réalisons nos rêves.  Le sujet du verbe fait ici toute la différence.

 

Pour lire un article de Forbes résumant bien la recherche de Gabriele Oettingen cliquez ici.

1Commentaire
  • Jacqueline
    Publié à 20:14h, 25 mai

    par Audrey Lacroix, thank you for your blog post.Really thank you! Awesome.